Mourinho refoulera bientôt les terrains… cet été

0

Alors que la presse entretien des rumeurs sur son retour à Manchester, José Mourinho semble ne pas être prendre son temps. Mais le coach portugais patiente jusqu’à l’été prochain…

On se rappelle en 2013, quand il était revenu à Chelsea, José Mourinho avait changé de surnom: « Happy One ». Deux ans et demi après, après avoir été dernièrement été licencié, l’entraîneur portugais affiche toujours sa joie de vivre. Ce dernier, ne semble pas être perturbé par le chômage et les rumeurs. Il trouve par contre cela drôle. « Je consulte beaucoup de choses. Un jour c’est une chose, un autre c’est son contraire. Un jour je voyage en Chine, un autre en Italie… », a-t-il déclaré sur Channel News Asia, à Singapour où il est en déplacement.

« Quand je me rendrais à Milan, les gens dirons que je vais revenir à l’Inter. Et comme que je me trouve ici, on va possiblement dire que je vais devenir l’entraîneur de l’équipe nationale de Singapour…, a-t-il poursuivi. Tous les jours on lit quelque chose de nouveau, mais à vrai dire c’est que je ne travaille pas actuellement et actuellement, je suis heureux de ne pas en avoir. » Mais d’après la presse anglaise, les choses risquent de changer rapidement. En fait, son nom est tout le temps cité à Manchester United, où Louis van Gaal touche est sur la sellette.

Au cas où les manchuniens ne semblent pas prêt à virer le technicien néerlandais, son remplaçant semble déjà tout connu. Pour l’instant, l’ex coach, de Chelsea attend juste son moment. « Si je dois m’y remettre prochainement, j’y retournerai. Mais j’ai toujours cru que c’était préférable de patienter. Il est préférable d’être calme et patienter en attendant le meilleur moment et choisir la bonne occasion. Commencer la saison prochaine avec un autre club et un nouveau projet est certainement la meilleure chose pour moi », a-t-il déclaré.

Partagez

L'auteur

Alexandre

Grand passionné de Finance. Je suis un Français expatrié à Londres pour raisons pro, mais mon cœur reste bel et bien à Paris, ma ville de toujours.

Commentaires fermés