Messi écrase les gunners puérils

0

Pour avoir marqué deux buts mardi soir, à l’Emirates, Lionel Messi a presque déjà qualifié pour les quarts de finale de la «C1» le Barça. Un nouvel exploit de l’attaquant argentin et le trio «MSN».

«Barcelone est qualifié à 95%».

Arsène Wenger, avoue presque que le Barça a obtenu la qualification, content de l’engagement et de l’énergie de ses joueurs mardi soir, à l’Emirates, en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, mais il réalise que la défaite contre les Catalans (0-2) évanouissent les chances d’Arsenal de se voir qualifié. En fait, le Barça dispose de près de 98% de chances de continuer son chemin en «C1» quand on regarde les premiers résultats… ceux-ci sont presque dans le Top 8 de la plus glorieuse compétition européenne. Et cette occasion lui a été donnée par Lionel Messi, et au grand trio «MSN», à une grande maîtrise générale. Mais les choses n’ont pas été aussi pour le Barça pressé, quelquefois poussé lors de la première heure de jeu. Les Gunners ont en fait bénéficié des occasions, particulièrement celles offertes par Alex Oxlade-Chamberlain en première période et sur une tête, cadrée mais pas assez soutenue d’Olivier Giroud, après un duel gagné par Petr Cech contre Neymar lors de la seconde partie.

La «MSN» difficile à freiner, Messi encore concluant

Arsenal est une bonne équipe. Nous avions eu du mal à trouver de l’espace en première période, mais on attendait juste que les gunners puissent être inattentifs, a déclaré Leo Messi, visionnaire. C’est ce qu’il s’est passé sur le premier but.» Un premier but qui intervenait à la 71e minute, sur un contre d’école, mené à 1000 à l’heure. Une prouesse réalisée à trois, avec Neymar, qui se posait du côté gauche sur Luis Suarez. Le joueur brésilien aurait fait un appât à deux défenseurs et offrait, dans des meilleures conditions, Messi.

Partagez

L'auteur

Alexandre

Grand passionné de Finance. Je suis un Français expatrié à Londres pour raisons pro, mais mon cœur reste bel et bien à Paris, ma ville de toujours.

Commentaires fermés