Au Burkina Faso, le général Diendéré avoue ses « erreurs » après son coup d’Etat

0

Michel Kafando, qui n’est autre que le président du Burkina Faso a été réinstallé en tant que chef d’Etat, une semaine après un coup d’état qui s’est déroulé au cours d’une cérémonie publique le mercredi 23 septembre devant les Présidents ouest-africains. La tenue des élections démocratique reste «l’objectif primordial », a lancé M. Kafando après sa nomination.

Après cette cérémonie, le chef des puschistes, le général Gilbert Diendéré, a indiqué que : « Le putsch est terminé, on n’en parle plus. » « La plus grande erreur a été celle d’avoir perpétré ce putsch », a ajouté l’ex bras droit de l’ex-président Blaise Compaoré. « Aujourd’hui, quand on parle de démocratie, on ne peut pas se permettre de faire des actions de ce genre ».
« Nous avons vu ce qui s’est passé. Nous avons su que le peuple n’était pas d’accord. C’est pour ça que nous avons tout simplement abandonné. Ce qui me réjouit, c’est que nous ayons évité l’affrontement. C’est très important. Nous avons toujours voulu qu’il n’y ait pas de combats entre frères d’armes. »

Des élections reportées de plusieurs semaines

Mercredi dans la matinée, le Président burkinabé avait apprécié au cours d’un discours « la clameur nationale » qui a pris place « contre les usurpateurs ».
« Le gouvernement de transition que vous avez franchement choisi et en qui vous avez entièrement confiance est resté le seul à personnifier la volonté du peuple souverain. »
Par ailleurs, le Isaac Zida a été réinstallé à son poste de Premier ministre, mercredi a annoncé le report de « plusieurs semaines » des élections, qui devaient avoir lieu au départ le 11 octobre. Des votes présidentiel et législatifs devaient mettre fin à une période de transition ouverte après la chute de l’ancien président Blaise Compaoré, expulsé par un soulèvement populaire en octobre 2014.

Partagez

L'auteur

Alexandre

Grand passionné de Finance. Je suis un Français expatrié à Londres pour raisons pro, mais mon cœur reste bel et bien à Paris, ma ville de toujours.

Commentaires fermés